Jeanne_d__Arc_liberatrice_d__OrleansJeanne_d__Arc_liberatrice_d__Orleans_revers

Jeanne d'Arc, libératrice d'Orléans
Avers : IANA. LOTHARINGA. DIGNA. HEROINA. LIBERATRIX. AVREL. ET FR. Buste de Jeanne d'Arc à droite, avec casque à cimier.
Revers : CONSILIO FIR MATA DEI. Épée en pal couronnée, entre deux lis ; à l'exergue : MCCCCXXIX.
Diamètre : 62,5 mm
Étain
Source : iNumis.com

C’est devant Paris qu’elle échoue le 8 septembre 1429. Le 24 mai 1430, alors que Jeanne poursuit obstinément la guerre, sans le soutien de son roi, elle est arrêtée par les Bourguignons et vendue aux Anglais. Elle est emprisonnée au château de Rouen. Charles VII se refuse à payer la rançon. Il la sacrifie sur l’autel de la paix et des négociations au moment où elle s’enlise dans des combats sans gloire. Un procès s’ouvre à Rouen -où Cauchon s’est réfugié- sous l’accusation d’hérésie. Il est reproché à Jeanne de prétendre communiquer avec Dieu sans l’intermédiaire du clergé séculier. Entre le 20 février et le 15 mars, elle est interrogée. Ses voix ne l’abandonnent pas dans sa cellule. Ses dépositions lui sont relues. L’acte d’accusation n’est pour autant pas fidèle aux propos de la Pucelle. Le 23 mai l’Université de Paris accuse Jeanne d’être idolâtre, superstitieuse, schismatique et hérétique. Elle abjure sans que la torture n’ait été utilisée puis se rétracte. Pour Cauchon, Jeanne est relapse et remise au bras séculier. Cauchon fait ce qu’il faut pour satisfaire les Anglais et il craint –comme les autres juges français- celui qui dirige la place d’arme : Warwick. Elle est brûlée en place du marché le 31 mai 1430.

http://www.medailles-jeannedarc.fr