Jeanne_d_arc_Fetes_commemoratives_de_cinquieme_centenaire_de_la_delivrance_d_Orleans_par_Jeanne_d_Arc_sous_la_presidence_de_Mr_Gaston_Doumergue_President_de_la_Republique_Francaise.12Jeanne_d_Arc_portrait_de_Jeanne_d_Arc__Orleans_1429_-_1929___aux_extremites_Jeanne_d_Arc_sur_son_cheval_avec_l_etandard__Jhesus_Maria 6

Plaquette commémorative du Ve centenaire de la délivrance d'Orléans.
Droit : Au centre, portrait de Jeanne d'Arc "Orléans 1429 - 1929", aux extrémités Jeanne d'Arc sur son cheval avec l'étandard "Jhesus Maria".
Revers : Au centre, " Fêtes commémoratives de cinquième centenaire de la délivrance d'Orléans par Jeanne d'Arc sous la présidence de Mr Gaston Doumergue Président de la République Française." , aux extrémités, les blasons de Jeanne d'Arc et de la Ville d'Orléans.
Création L.B.
Gaveur : Emile Monier - 1928.
Dimension : 144 mm x 72 mm.
Bronze.
Jeanne d'Arc.

Gaston Doumergue, né le 1er août 1863 à Aigues-Vives (Gard) et mort le 18 juin 1937 dans la même ville.
Sa carrière culmina avec son élection à la présidence de la République le 13 juin 1924 (mandat achevé le 13 juin 1931).

Né à Aigues-Vives dans le Gard en 1863, c’est comme Loubet et Fallières un fils de la terre. Celui que les Parisiens ont surnommé « le Gastounet » est l’archétype du radical méridional. Il apporte à la fonction présidentielle sa joviale rondeur, sa constante affabilité, une santé solide, un accent qui sent bon le Midi mais aussi une autorité indiscutée. Ce fils de vignerons du Gard de confession protestante commence sa carrière dans la magistrature coloniale en Indochine et en Algérie avant de se lancer en politique. Elu député de Nîmes à 30 ans, il est constamment réélu. Vice-Président de l’Assemblée Nationale, il devient un pilier des ministères à partir de 1902 et jusque pendant la guerre (Colonies, Commerce, Instruction publique, Affaires étrangères). Elu sénateur du Gard en 1910, il accède à la présidence du Sénat en 1923. Elu en 1924, à la surprise générale. Après l’échec du Cartel des Gauches en 1936, il fit appel à Raymond Poincaré, puis à Tardieu. Dix jours après son départ de l’Elysée, ce célibataire endurci se marie et se retire dans son domaine de Tournefeuille près de Toulouse. Rappelé au lendemain des émeutes du 6 février 1934, il prend la direction d’un ministère d’union nationale défait en novembre 1934. Il meurt à Tournefeuille en 1937.

http://www.medailles-jeannedarc.fr