Jeanne_d_Arc_en_armure_est_sur_son_cheval_au_galopLa_Colombe_representant_le_Saint_Esprit_descendant_sur_le_bucher_en_flamme__qui_se_refere_a_son_execution Médaille Jeanne d’Arc.
Avers : Jeanne d’Arc en armure est sur son cheval au galop, tournée vers la droite. Jeanne brandit son épée de sa main droite et tient son étendard contre sa poitrine.
Revers : La Colombe représentant le Saint Esprit descendant sur le bûcher en flamme, qui se réfère à son exécution. A droite, le symbole de Jeanne d’Arc : épée et couronne.
Graveur : Françoise Montagny.
Diamètre : 40 mm.
Corne d’abondance 0.925 argent.
1918.
(source: Hôtel de la monnaie de Paris).

Le pont des Tourelles était un pont français franchissant la Loire à Orléans.

Le pont mesurait 331 mètres de longueur pour une largeur variant de 9,75 m à 10,40 m, dimension qui faisait de sa voie charretière l'une des plus larges parmi celles que portaient les ponts du Moyen Âge. Le siège d’Orléans est un épisode majeur de la guerre de Cent Ans. Les Anglais sont près de prendre Orléans, verrou sur la Loire protégeant le sud de la France, mais la ville est sauvée par Jeanne d'Arc, qui renverse le cours de la guerre. Le siège commence le 12 octobre 1428 après que les Anglais se sont assurés des places environnantes en août et septembre. Commandés par Thomas Montaigu, comte de Salisbury, Les Anglais tentent d'encercler la ville et construisent autour d'Orléans une série de bastilles, mais ils ne sont pas assez nombreux pour investir et encercler efficacement la ville et leurs canons ne sont pas assez puissants pour briser les remparts. La garnison française est commandée par Jean de Dunois. Néanmoins, avant le 24, ils prennent les Tourelles ou Tournelles, tours jumelles qui défendent le pont sur la rive gauche de la Loire. Le comte de Salisbury trouve la mort dans la bataille. Le duc de Suffolk, William de la Pole, prend le commandement, avant d'être remplacé par John Talbot, comte de Shrewsbury. La garnison anglaise qui occupe les Tourelles est elle-même assiégée par des soldats français. Quant au pont, il est partiellement détruit pour empêcher les Anglais d'assaillir la ville de ce côté. Les Bourguignons qui participaient au siège se retirent suite à une mésentente sur le sort de la ville. Néanmoins suite à la désastreuse « journée des Harengs », où les troupes franco-écossaises manquent lamentablement leur offensive sur un convoi de ravitaillement, les troupes françaises sont démoralisées et n'ont plus aucune initiative. Au printemps de 1429, les Français manquent d'approvisionnements. La situation de la ville semble désespérée. Le siège est suivi partout en Europe. En France, de nombreuses légendes disent que le royaume de France ne pourra être sauvé que par une pucelle. Une, qui entend des voix, se présente au dauphin de France à Chinon : c'est Jeanne d'Arc. Le dauphin donne le commandement d'une armée de 4 000 hommes à Jeanne d'Arc, tandis que Jean de Dunois assure le commandement de la défense de la ville. Le 29 avril 1429, Jeanne entre dans Orléans. Le 1er mai, l'assaut est donné au fort de Saint-Loup qui tombe entre les mains des Français. Jeanne exige sans résultat le départ des Anglais. Les voix qu'elle entend lui conseillent d'attaquer par le nord, et elle persuade Jean de Dunois de la suivre. Dans la semaine qui suit, elle remporte plusieurs victoires, reprend les Tourelles sur la rive sud, et le 8 mai, les Anglais battent enfin en retraite.

http://www.medailles-jeannedarc.fr