20_euros_d__Orleans_piefort_vermeil__jeanne_d__arc20_euros_d__Orleans_piefort_vermeil_jeanne_d__arc__face

20 euros d'Orléans vermeil piéfort
Quantité : 156.
Diamètre : 30 mm
Epaisseur : 6 mm.
Création, dessin et gravure : Claude Cardot, Meilleur Ouvrier de France.
Frappe : Monnaie de Paris.
Editeur : Le Presbytère.
Emis par l'Association Française des Sclérosés en Plaques.
17 Mars au 12 Avril 1998.

Le sacre du roi et la capture
La délivrance d’Orléans est suivie par le sacre de Charles VII. Le 17 juillet 1429, une chevauchée, au cours de laquelle les Anglais sont encore bousculés, conduit le roi jusqu’à Reims. Là, il reçoit l’onction dans la cathé­drale : la cérémonie le dote du charisme qui lui manquait, dans ces circonstances difficiles. Mais Jeanne, dans l’entourage du roi, est jalousée, dénigrée, plutôt qu’appréciée. En septembre, elle tente vainement, avec peu de soutien, une attaque pour délivrer Paris. En mai 1430, elle est à Compiègne, avec un nombre plus dérisoire encore d’hommes ; et là, elle est arrêtée, par un seigneur bourgui­gnon qui la vend aux Anglais quelques mois plus tard.Jeanne est emprisonnée par les Anglais à Rouen. Leur but est de la faire juger et condamner : la prétendue missionnaire sera convaincue de mensonge, son prestige s’effondrera et celui de Charles VII avec le sien. L’Église, en la personne de Pierre Cau­chon, évêque de Beauvais, de la compétence duquel ressortit le cas, se prête au jeu. Jeanne a cependant droit à un procès conforme à la légalité : il sera très difficile, en 1456, de trouver des motifs d’annulation de la sen­tence. Les Anglais ont fait savoir qu’ils veu­lent la mort de la jeune fille : Cauchon, de son côté, est prévenu contre elle, par conviction et par intérêt personnel. Mais il ne va pas contre sa conscience et, dans un premier temps, il n’ordonne pas la mort.

http://www.medailles-jeannedarc.fr